Archive for août, 2009

Guide des plastiques partie 5 – Le PVC

Le deuxième plastique dont je veux vous parler plus en profondeur est le polychlorure de vinyle (communément appelé vinyle) ou PVC de l’anglais polyvinyl chloride. Il s’agit du type numéro 3.

PVC

Il a été prouvé par plusieurs études que le PVC dégage des phtalates. Voici le résumé d’une étude en anglais :

Phthalates are used as plasticizers in PVC plastics. As the phthalate plasticizers are not chemically bound to PVC, they can leach, migrate or evaporate into indoor air and atmosphere, foodstuff, other materials, etc. Humans are exposed through ingestion, inhalation, and dermal exposure during their whole lifetime, including intrauterine development.

Some phthalates are reproductive and developmental toxicants in animals and suspected endocrine disruptors in humans. Exposure assessment via modelling ambient data give hints that the exposure of children to phthalates exceeds that in adults. Current human biomonitoring data prove that the tolerable intake of children is exceeded to a considerable degree, in some instances up to 20-fold. Very high exposures to phthalates can occur via medical treatment, i.e. via use of medical devices containing DEHP or medicaments containing DBP phthalate in their coating.

En résumé, les sources de contamination par des phtalates sont nombreuses dont l’ingestion, l’inhalation, et le contact avec la peau. Ils peuvent également très facilement contaminer le foetus par l’intermédiaire de la mère. Il est aussi mention que certains phtalates sont soupçonnés d’être perturbateurs endocriniens chez les humains alors qu’ils causent définitivement des problèmes de reproduction et de développement ches les animaux. Autre point important, les enfants sont plus à risques que les adultes puisqu’ils sont en contact plus direct (ils portent leurs jouets en plastique à leur bouche) et qu’ils ont un plus faible poids que les adultes, et donc, les doses journalières en μg/kg de poids corporel/jour sont plus élevées chez les enfants. Ces doses peuvent dépasser jusqu’à 20 fois les normes jugées tolérables.

Eh oui, il peut y avoir des phtalates dans l’air que vous respirez. Plus particulièrement si vous possédez un rideau de douche en PVC. Si vous avez déjà remarqué l’odeur d’un rideau de douche en plastique neuf, vous connaissez maintenant le genre d’odeur que vous ne voulez pas voir entrer dans votre maison. Effectivement, l’odeur dégagée par tout produit de consommation courante est un très bon indicateur de sa toxicité. Il s’agit plus souvent qu’autrement de composés organiques volatils ou COV une substance cancérigène.

Après avoir lu ça, vous ne serez pas étonnez que de plus en plus de fabricants de jouet annoncent leur jouets comme étant « Sans PVC » ou « Sans phtalates » même s’ils ne sont pas faits en plastique! Personnellement je crois que c’est une bonne chose que l’industrie des jouets (et autres produits pour bébés) est maintenant au fait de la toxicité du PVC. Mais il s’agit seulement pour l’instant que de l’auto-réglementation, aucune loi ou contrôle n’est exercé par quelques instances que ce soit. D’ailleurs le PVC est un plastique qui est parfaitement sécuritaire selon Santé Canada pour entrer en contact avec la nourriture!

Ce qui m’amène à mes trouvailles en PVC. La première fois que j’ai fait le tour de tous les produits en plastique dans mon garde-manger et dans mon réfrigérateur, je n’ai rien trouvé en PVC. Je n’étais pas trop mécontente! Par contre, j’avais oublié de regarder dans mon armoire à épices… le jackpot comme on dit!

Photo à venir

Comme tous les contenants d’épices en plastique que j’ai achetés sont de la même marque, ne soyons pas trop étonnés de voir qu’ils sont tous faits en PVC. Le seul contenants à épices que je possède autre que ce que vous voyez sur la photo est un pot en vitre de poivre noir en grain. Je suis quand même contente de savoir que de nos jours, il existe encore des pots d’épices en vitre. Par contre, ce que j’aimerais encore mieux, et pas seulement pour les épices, se serait d’avoir la possibilité d’acheter en vrac! J’aurais enfin des épices fraîches! C’est qu’on en consomme pas tant que ça et finalement on se retrouve avec des contenants achetés il y a deux ans!

Enfin bref, je vais revenir sur le vrac dans un prochain article et j’espère que vous ne verrez plus jamais le PVC de la même manière!

Publicités

Leave a comment »

Déodorants écolos : banc d’essai

Lorsque j’ai découvert Skin Deep, j’ai décidé que j’allais changer mon anti-sudorifique par un déodorant écologique. Comme je n’ai plus de problème d’hyperhidrose, je me suis dit que je pouvais franchir le pas. L’anti-sudorifique que j’utilisais depuis des années n’est pas si mal coté sur Skin Deep, il est à 3, mais je voulais quand même me débarrasser du polyéthylène (coté 6) et du BHT (coté 7).

Je savais qu’il fallait que j’essaie tout nouveau déodorant au moins 7 jours pour être certaine d’être débarrassée de l’action anti-sudorifique de mon anti-sudorifique. D’ailleurs, j’avais déjà essayé le déodorant de mon chum (Green Beaver sans parfum) sans succès, je me suis dit que ça ne voulait pas dire que je ne trouverais pas chaussure à mon pied en cherchant un peu.

Je me suis donc mise à fouiner du coté des rayons de produits naturels. Il ne manque pas de choix! J’avais par contre une grande contrainte : l’odeur. Je ne supporte pas le plus petit parfum et ce, même s’il provient d’huiles essentielles. J’ai quand même réussi à trouver mon bonheur : Tom’s of Maine non parfumé. Par contre, en l’essayant je me suis rendue compte qu’il avait une légère odeur. J’avais peur de ne pas l’aimer à cause de ça et j’avais raison. L’odeur que je dégageais avec ce déodorant était absolument épouvantable, et je n’ai pas osé le réessayer au cas où ça changerait à la longue. En fait, c’était pire que si je n’en mettais pas du tout, eh oui, j’ai testé ça!

J’ai ensuite acheté un déodorant de marque Earth Science. Je l’ai choisi parce qu’il n’était pas scellé et que j’ai pu m’assurer qu’il était inodore. Malheureusement, même s’il ne créait pas d’odeur désagréable comme le Tom’s of Maine, il n’était pas du tout efficace, exactement comme le Green Beaver.

J’ai donc recommencé à utiliser mon anti-sudorifique. Lorsque je suis arrivée à la fin, j’ai compris que j’avais définitivement attendu trop longtemps pour réagir après mes nombreux essais infructueux. Je ne voulais surtout pas acheter un autre anti-sudorifique. J’ai donc réessayé le Green Beaver et le Earth Science, sans amélioration. Je me retrouvais donc au beau milieu de l’été sans solution efficace. Heureusement, j’ai fini par me souvenir d’un truc que j’avais entendu parlé quand j’étais adolescente et que j’avais des problèmes d’hyperhidrose, mais que je n’avais jamais essayé : la pierre d’alun. J’ai donc cherché sur internet, déterminée à m’en acheter une sur le champ. J’ai appris deux choses. Premièrement, la pierre d’alun est en fait du sel de bauxite et deuxièmement elle est vendue dans toutes les bonnes pharmacies. Effectivement, pas besoin de creuser bien loin, elle était là, sur la dernière tablette des anti-sudorifiques et déodorants.

Le fonctionnement de la pierre d’alun est très simple, elle tue les bactéries qui causent les mauvaises odeurs, et donc les élimine. Elle doit être mouillée pour être appliquée, c’est pour dissoudre le bloc de sel en fait. J’ai trouvé sur internet un commentaire de quelqu’un qui avait essayé la pierre d’alun et qui disait de passer au moins 30 fois la pierre sous les aisselles pour que ça soit efficace. Je n’ai pas compté combien de fois je l’ai passé mais c’est certain qu’on peut y aller plus généreusement qu’avec un déodorant en baton étant donné qu’on ne beurre pas nos aisselles du tout avec la pierre. J’ai d’ailleurs aimer l’effet que cela faisait sur la peau. Contrairement au déodorant Green Beaver qui faisait un effet collant même après plusieurs heures, je ne sentais rien du tout avec la pierre. Ensuite, j’ai bien été obligée de me rendre compte que c’était efficace! Après plus de 24 heures, je n’avais toujours pas de problème d’odeurs! En plus, je n’ai plus de problème de taches blanches sur mes vêtements comme j’avais avec mon anti-sudorifique invisible. C’est tellement efficace que je me suis dit : il faut que j’en parle sur mon blogue! Pourquoi c’est si peu connu, je me le demande! Comme si c’était pas assez, en plus, c’est vraiment économique. C’est marqué sur le contenant que ça peut durer jusqu’à un an. Je me demande combien de temps elle va me durer puisque je faisais déjà un an avec mon ancien anti-sudorifique où ce n’est pas écrit ça sur le contenant! Je vais essayer de penser à écrire un article dans un an pour voir où j’en suis rendue. Bref, je ne lui vois que des avantages!

The Green Beaver Company

Produit testé : déodorant naturel Sport 24 sans parfum

Prix : 6,99$ pour 50 g.

Cote sur Skin Deep :

Image 1

 

Data gap* : 74 %

Informations indiquées sur le contenant

  • Nouvelle formule avancée
  • Sans aluminium, parabènes, glycoles !
  • Ne laisse pas de résidu blanchâtre
  • Extra protection : Extrait d’agrumes antibactérien, lichen et autres agents anti-odeurs naturels.
  • Apaise la peau : Aloès et camomille apaisent la peau sensible.
  • Ne contient pas : Aluminium, parabènes, (conservateurs), propylène glycole, fragrances artificielles.
  • Végétalien
  • Fabriqué au Canada

Ingrédients (en anglais seulement)

  • Glycerin (coté 2 sur Skin Deep)
  • Aqua (coté 0)
  • Sodium stearate (coté 1)
  • Citrus grandis (grapefruit) seed extract (coté 3)
  • Steareth-100 (coté 1)
  • Usnea barbata (lichen) extract (coté 0)
  • Aloe barbadensis leaf juice (coté 1)
  • Chamomilla recutita (matricaria) flower extract (coté 0)
  • Sodium bicarbonate (coté 2)
  • Ethylhexylglycerin (coté 1)
  • Stearyl alcohol (coté 1)
  • Bisabobol (coté 1)

* Le data gap est une mesure de Skin Deep qui sert à indiquer si le produit a fait l’objet de plusieurs études ou pas. Comme par exemple, un produit qui a été prouvé allergène par plusieurs études se verra attribuer une cote de 5 et un data gap de 50% et un produit qui n’a fait l’objet d’aucune étude se verra attribuer une cote de 0 et un data gap de 100%. Ce qui signifie en gros qu’il est sans risque jusqu’à preuve du contraire.

Tom’s of Maine

Produit testé : déodorant naturel original non parfumé

Prix : environ 6$ pour 64 g.

Cote sur Skin Deep :

Image 5

Data gap : 74 %

Informations indiquées sur le contenant

  • Amélioré avec l’ajout de houblon
  • Contient un extrait de houblon pour empecher le developpement d’odeur causées par des bacteries
  • Sans aluminium
  • Doux, efficace, naturel
  • Formule sans aluminium qui combat les odeurs naturellement
  • Sans ingredient artificiel ou animal non testé sur les animaux
  • Conserver a température ambiante
  • Naturellement ça marche
  • Fabriqué aux États-Unis

Ingrédients (en anglais)

  • Propylene glycol (coté 4 sur Skin Deep)
  • Aqua, (coté0)
  • Sodium stearate, (coté1)
  • Aloe barbadensis leaf juice, (coté1)
  • Hamamelis virginiana (wiyh hazel) water, (coté0)
  • Glyceryl laurate, (coté 3)
  • Chamomilla recutita flower extract, (coté0)
  • Humulus lupulus (hops) extract, (coté0)
  • Caprylic/capric triglyceride, (coté0)
  • Ascorbic acid, (coté1)
  • Cymbopogon shoenanthus oil, (coté 4)

Earth Science

Produit testé : désodorisant naturel liken plant non parfumé

Prix : environ 7$ pour 70 g.

Cote sur Skin Deep :

Image 2

Data gap : 74 %

Informations indiquées sur le contenant

  • Non irritant
  • Protège toute la journée
  • Notre formule douce et efficace à effet prolongé contient de l’extrait de lichen, qui aide  à maîtriser les odeurs tout au long de la journée sans aluminium ou autre ingrédient chimique fort.
  • Fabriqué aux États-Unis
  • Contenant recyclable numéro 5

Ingrédients

Il ne sont pas vraiment indiqués en ordre décroissant sur le contenant alors voici l’ordre de Skin Deep (en anglais)

  • Silica (coté 1 surSkin Deep)
  • Propylene glycol (coté 5)
  • Arnica montana (arnica) flower extract (coté 2)
  • Salvia officinalis (sage) leaf extract (coté 1)
  • Calendula officinalis (pot marigold) flower extract (coté 1)
  • Sodium stearate (coté 1)
  • Anthemis nobilis (chamomile) flower extract (coté 1)
  • Hydrastis canadensis (goldenseal) extract (coté 0)
  • Zingiber officinale (ginger) root extract (coté 0)
  • Lichen plant extract (coté 0)
  • Water (coté 0)

Epilderme

Produit testé : déodorant cristal pour le corps

Prix : 5,95$ pour 100 g.

Cote sur Skin Deep : le seul ingrédient de la pierre n’est pas dans la base de donnée.

Informations indiquées sur le contenant

  • Sans aluminium
  • 100% pur et naturel
  • Hypoallergène
  • Inodore
  • Peut durer jusqu’à un an
  • Ne tache pas la peau ni les vêtements
  • Après le bain ou la douche, pendant que la peau est encore humide, appliquer directement sur les aisselles ou les régions du corps sujettes à la transpiration.
  • Si la peau est sèche, mouiller la pierre avant usage.
  • Fabriqué en Thaïlande

Ingrédient

  • Sels minéraux de bauxite

♦ ♦ ♦

En regardant sur Skin Deep, je me suis rendue compte que les déodorants Tom’s of Maine et Earth Science contiennent du propylène glycol, un truc qui n’est pas très bon pour la peau. J’avais lu les ingrédients, mais je ne connaissais pas la liste à éviter par coeur et donc, j’ai eu un peu l’impression de m’être fait avoir étant donné que je voulais acheter un produit naturel. Le déodorant Green Beaver quant à lui n’en contient pas, mais il contient de l’alcool. En tant que consommateur il faut faire attention au greenwashing, ce n’est pas parce qu’un produit est étiquetté comme écologique, vert ou naturel que c’est nécessairement le cas. Une chose à faire attention, le propylène glycol peut aussi être retrouvé dans les ingrédients sous le nom propane-1,2-diol en français. C’est le cas pour le déodorant Earth Science.

Voici une liste des ingrédients à éviter lorsqu’on achète un déodorant selon La vie en vert

Je ne connais aucun déodorant qui ne contienne aucun des ces ingrédients. Personnellement, je serais portée à croire que seulement la pierre d’alun entre dans cette catégorie.  Par contre. il existe sur internet plein de recettes pour fabriquer son propre déodorant. Il est alors plus facile de contrôler les ingrédients. Voici une recette en anglais. C’est la seule recette que j’ai trouvé sans parfum ou huiles essentielles, mais j’imagine que je pourrais essayer de les omettre. Je me vois très bien faire mon propre déodorant dans le futur, mais pour l’instant, je n’ai pas le temps!

En terminant, je voudrais spécifier que les produits qui n’ont pas fonctionné pour moi, fonctionnent sûrement très bien pour d’autres personnes. Par exemple, j’ai refilé à mon père le déodorant Tom’s of Maine et il n’a eu aucun problème.  Et peut-être que la pierre d’alun ne marcherait pas pour vous. Donc, en conclusion, mon banc d’essai ne veut peut-être pas dire grand chose!  ;o)

Comments (8) »